Olembé : le stade de tous les jeux

Il ne fait plus de doute que le gouvernement camerounais joue depuis longtemps avec le projet de construction du complexe sportif d’Olembé, il est arrivé au niveau où même l’image du pays est en jeu

Le complexe sportif d’Olembé à Yaoundé, qui porte de surcroît le nom du président Paul Biya, est devenu un véritable stade de tous les jeux, pas les disciplines sportives qui sont censées s’y dérouler, mais des jeux malsains de tromperie, de roublardise, et d’indécence. Le match de football Cameroun-Malawi comptant pour la première journée des qualifications de la coupe du Monde Qatar 2022 qui y était programmé le 3 septembre 2021, a mis à rude épreuve les discours rassurants des gouvernants, en faisant éclater au visage des Camerounais la dure réalité qui ne peut plus être masquée.

l’éternel chantier, depuis 13 ans

Tout commence par l’indignation des journalistes sportifs dans l’après-midi du 2 septembre 2021, à la veille du match. La fédération camerounaise de football vient de rendre public un communiqué de presse dans lequel elle informe le public sportif et l’opinion publique que : « la Confédération africaine de football a décidé, en application des protocoles covid 19 des matches de la Caf et de la Fifa en vigueur, de ne pas autoriser la présence des spectateurs pour le match Cameroun – Malawi prévu le 3 septembre 2021 à 20h. En conséquence, la rencontre …se déroulera au Complexe sportif d’Olembe à Yaoundé dans un huis clos total. » Cela impliquait que les journalistes ne vont pas couvrir le match. Ces hommes de médias, à qui il était pourtant demandé quelques jours plutôt d’introduire leur demande d’accréditation jusqu’au 1er septembre, ne comprennent pas ce revirement, ils considèrent la décision comme injustifiée, surtout que dans le même temps les autres matches de la même journée se jouent sur le continent avec un minimum de 10 000 spectateurs. Regroupés au sein de l’Association des journalistes sportifs du Cameroun, ils décident de boycotter la conférence de presse d’avant match prévue ce 2 septembre au stade Omnisport, l’indignation est totale, ils savent que le Covid 19 n’a rien à voir avec la décision, et veulent connaître la vérité. Le responsable de la Communication de la Caf vole même au secours de la Fecafoot, dans un post qui lit : « Le protocole covid de la Caf est très clair en la matière. Après, c’est chaque État qui est responsable de sa réglementation sanitaire. Raison pour laquelle, d’un match à l’autre, les schémas varient. Quand un pays veut autoriser la couverture médiatique, elle peut s’appuyer sur les détails opérationnels du Protocole de la CAF. »

Vérité…

Malgré ces tentatives de justification, pour une fois, la vérité a marché au même rythme que le mensonge sur les vraies raisons pour lesquelles le public et les journalistes étaient interdits de stade. La Caf avait certes pris la décision certes, mais pas à cause du covid comme l’a fait croire la Fecafoot, plutôt parce que le stade n’était pas prêt. Dans la même journée en effet, le Secrétaire général de la Caf Véron  Mosengo Omba avait adressé une correspondance à la fédération camerounaise de football, avec pour objet « Huis-clos pour le match Cameroun-Malawi du 3 septembre 2021 » L’intégralité de la correspondance était comme une correction exemplaire infligée par le maître d’école à un élève indiscipliné et menteur : « Monsieur le Président, Suite à nos derniers échanges au sujet du match en objet, aux informations échangées avec le Ministre des sports et avec le responsable de notre équipe venue évaluer l’état du stade d’Olembe, dans lequel le match en objet est prévu, nous constatons ce qui suit: L’autorisation de jouer le match en question au stade d’Olembe a été donnée sur la base d’informations tronquées, qui ne rendaient pas compte du fait que le stade en question est encore à ce point en chantier que l’accueil d’un match international comptant pour les éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022 n’est en principe pas possible. Les responsabilités seront évaluées et la CAF en tirera les conclusions utiles, mais dans l’immédiat et vu l’urgence, elle vous communique sa décision. Attendu que : 1. l’état du terrain de jeu du stade d’Olembe est conforme aux exigences de la FIFA et de la CAF, 2. l’état d’avancement des travaux dudit stade ne permet pas encore d’assurer comme il se doit le bien-être et la sécurité des supporters en principe attendus pour un tel match, 3. la responsabilité de la CAF, la CAF décide : Plutôt qu’une mesure plus radicale, elle prononce le huis-clos pour le match Cameroun-Malawi du 3 septembre 2021, qui ne pourra se jouer qu’en présence d’un maximum de 50 spectateurs à recevoir dans le carré VIP du stade. Je vous prie de faire le nécessaire pour vous assurer du respect absolu de cette jauge et pour assurer le meilleur accueil aux joueurs et à leur délégation malgré les circonstances. »

Le stade Olembé n’est en la matière qu’un épiphénomène. Dans de nombreux domaines de la vie de la nation, pour ne pas être  pessimiste on peut dire que la situation est peu reluisante, rien ne va, mais le discours et les rapports gouvernementaux professent le contraire, ils prétendent que sous le règne de l’homme du renouveau l’émergence est à portée de main, alors qu’en réalité elle s’éloigne de l’horizon chaque jour un peu plus.

…contre mensonge

Voilà le Cameroun une fois de plus ridiculisé et infantilisé. Il n’y avait pas pire humiliation que celle-là. Une confédération qui met à nu le mensonge d’Etat, et dit sans ambages que tout un ministre a tronqué les informations. Même comme on peut légitiment se poser la question de savoir à quoi ont servi les multiples missions d’inspections effectuées par de cette Caf au Cameroun, pour qu’elle se laisse tromper ainsi, il convient de relever l’extraordinaire détermination du gouvernement à tromper le chef de l’Etat et toute la population, en faisant croire que tout va bien. Le stade Olembé n’est en la matière qu’un épiphénomène. Dans de nombreux domaines de la vie de la nation, pour ne pas être  pessimiste on peut dire que la situation est peu reluisante, rien ne va, mais le discours et les rapports gouvernementaux professent le contraire, ils prétendent que sous le règne de l’homme du renouveau l’émergence est à portée de main, alors qu’en réalité elle s’éloigne de l’horizon chaque jour un peu plus.

Pour mémoire, c’est depuis 2008, donc il y a 13 ans, que la procédure d’indemnisation des populations riveraines du stade Olembé avait été lancée, marquant ainsi le début de la réalisation de cet ouvrage. En 2014 le Cameroun avait vendu ce stade aux officiels de la Caf pour obtenir l’organisation de la coupe d’Afrique des nations 2019, en 2016 au mois de mars plus précisément, le groupe Piccini à qui le marché avait été confié avait promis de livrer le stade en 30 mois. En 2018 le ministre des Sports et l’Education physique d’alors, Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, disait avec rage devant un journaliste que tout sera prêt parce que le Chef de l’Etat l’a dit, en 2019 il y a eu glissement de la Can parce rien n’était prêt, en 2021, le successeur de Bidoung Mkpatt, Narcisse Mouelle Kombi, donne des informations tronquées pour laisser croire que le stade est prêt, alors qu’il ne l’est pas. C’est à se demander finalement si avec le Stade Olembé le jeu, au propre comme au figuré, en vaut encore la chandelle ?

Roland TSAPI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code