Infrastructures : moins de 8% de route bitumée au Cameroun

Moins de 8% des routes camerounaise sont bitumés, en plus, même le linéaire bitumé peine à être entretenu et la dégradation se fait en dépassement de vitesse la plus part de temps. Finalement, le peu de tronçon qui résiste constitue un paravent qui cache la misère profonde des populations.

Les routes au Cameroun, c’est une lapalissade que de dire qu’elles sont en mauvais état. D’après un rapport de la Direction des Etudes, des Normes et de la Planification (Denp) du ministère des Travaux publics datant de 2013, repris dans un article de Foretia foundation en 2016, l’état du réseau routier national était reparti ainsi qu’il suit: routes nationales 7 107 km dont 4 061 km bitumées et 3 045 km non revêtues, routes provinciales 5 695 km, dont 846 km bitumées et 4 849 km non revêtues, routes départementales 7 861 km, dont 340 km bitumées et 7 521 km en terre. L’article relève qu’abstraction faite des grands travaux en cours, et prenant en compte les catégories du réseau routier national, on avait à cette date au total de 112 973 km, dont 10 158 km seulement recouverts de bitume soit 8,9% et 102 815 km en terre. A cette date également c’est-à-dire en 2013, il  n’y avait  que 42 % d’axes bitumés en bon état ou en état moyen, contre 36% en 2012. Il en est de même pour les routes en terre avec une partie en bon et moyen état (21%) en 2012, contre 45% en 2013. Dans l’ensemble il était relevé que le réseau routier en général souffre d’un déficit de signalisation, de traçage, des fissures, des nids de poule, de la mauvaise évacuation des eaux de pluies et autres.

Globalement pour les routes régionales, sur 13 923 km de linéaire total, 12 881 km soit 92% sont encore en terre, et 1 042 km soit 7,4% sont bitumés, avec surtout les régions de l’Adamaoua et du Sud-Ouest qui attendent encore le moindre kilomètre de goudron sur une route régionale.

Surplace

Une des routes camerounaises

Le Cameroun qui est en route vers l’émergence a-t-il évolué avec le temps dans ce secteur. Les chiffres parlent d’eux-mêmes dans les détails. D’après la présentation du réseau routier camerounais au 30 juillet 2020 par la Division de la planification de la programmation et des normes du ministère des Travaux publics, on a les chiffres qui suivent. Premièrement, pour l’existence même des routes, le linéaire en kilomètre du réseau routier par classe et par région donne : d’abord les autoroutes : 40 kilomètres dans la région du Centre  (autoroute Yaoundé-Bibodi dont 40 kmétait déjà bitumé en 2×2 de 3,75 m et 20 km en travaux, précise le document ; 38,5 kilomètres dans la région du Sud (autoroute Kribi-Lolabe) et zéro kilomètre dans les 8 autres régions. Ensuite les routes nationales : Adamaoua 1522 km, Centre 1208 km, Extrême Nord 574 km, Est 1525 km, Littoral 338 km, Nord 955 km, Nord-Ouest 493 km, Ouest 339 km, Sud 1510 km et Sud-Ouest 902 km. Viennent après les routes régionales : 913 km dans l’Adamaoua, 2825 km dans le Centre, 1972 à l’Extrême Nord, 1630 km à l’Est, 983 km dans le Littoral, 1348 km au Nord, 842 km au Nord-Ouest, 1400 km à l’Ouest, 1404 km au Sud et 546 km au Sud-Ouest. Enfin pour les routes communales, l’Adamaoua en a pour 6 455 km, le Centre 17 205 km, l’Extrême-Nord 9 877 km, l’Est 19 754 km, le Littoral 6 410 km, le Nord 8 531 km, le Nord-Ouest 9 207 km, l’Ouest 8 964 km, le Sud 7 814 km, et le Sud-Ouest. Ce qui fait un total de 121 501 km  que comptait le réseau routier camerounais au 30 juillet 2020

Deuxièmement, pour ce qui est de l’état de ces routes, la présentation du ministère des travaux publics indique que les 78,5 km d’autoroute sont bitumés, sur 9 370 km de route nationale, 4 570 km sont bitumés soit 48,7%, sur 13 923 km de routes régionales 1 042 km sont bitumés soit 7,4%, sur 98 130 km de routes communales 1 562 km sont bitumés, soit 1,5%. Globalement donc, sur 121 501 km que compte le réseau national, 7 252 km sont bitumés, soit 5,9% Un point qui mérite d’être relevé dans l’état des lieux du ministère des travaux publics, c’est le tableau de répartition des routes régionales par région et suivant la nature de la chaussée. On a ainsi pour les routes régionale bitumées : Adamaoua et Sud-Ouest zéro kilomètre, Est 12 km, Nord 50 km, Nord-Ouest 57 km, Extrême-Nord 95 km, Littoral 138 km, Sud 143 km, Centre 267 et Ouest 281. Globalement pour les routes régionales, sur 13 923 km de linéaire total, 12 881 km soit 92% sont encore en terre, et 1 042 km soit 7,4% sont bitumés, avec surtout les régions de l’Adamaoua et du Sud-Ouest qui attendent encore le moindre kilomètre de goudron sur une route régionale.

Ce qui est constant c’est qu’il y a manifestement une manipulation des chiffres pour ce qui de l’entretien des routes au Cameroun. Présenter un bon bilan politique, ou pour justifier les chiffres en milliards ? Toujours est-il qu’au fin fond du pays, les populations souffrent de l’absence des routes et du mauvais état de ce qui existe, et les 5% de route bitumé au Cameroun, non seulement est un chiffre de la honte, mais un arbre qui cache la forêt de la misère routière

Manipulation des chiffres

Des portions de bitume, pour masquer la misère profonde

La note de présentation de la Division de la planification de la programmation et des normes du ministère des Travaux publics encore disponible sur son site internet date du 30 juillet 2020. Et en comparaison avec le rapport de 2013, le constat est que le Cameroun fait du surplace pour ce qui est de la construction et de l’entretien des routes. En 2013, on avait au total un linéaire de 112 973 km, dont 10 158 km recouverts de bitume soit 8,9% et 102 815 kms en terre, selon les rapports du ministère. En 2020, 7 ans après, on a un linéaire de 121 501 km de route avec 7 252 km bitumés selon le même ministère, soit 5,9%. Si l’on s’en tient strictement à ces chiffres, en 7 ans, le réseau routier a augmenté de 8 528 kilomètres, mais en même temps la partie bitumée est passée de 10 158 km à 7 252 km, soit une différence négative de 2 906 km. Devant les députés en décembre 2021 pourtant, le ministre des Travaux publics soutenait qu’au cours de cette année-là, le pays avait bitumé un total de 778,6 km de routes nouvelles, et le linéaire du réseau routier bitumé dans le pays « aura augmenté de 9,41%, passant de 8 347,91 km en 2020 à 9 133,69 km en 2021.» Ainsi, alors qu’une présentation de l’état du réseau routier émanant de son ministère faisait état de 7 252 km de route bitumée  au 30 juillet 2020, le patron du même ministère présentait un chiffre de 8 347 km à l’Assemblée nationale. Qui croire dans ce cas ? Ce qui est constant c’est qu’il y a manifestement une manipulation des chiffres pour ce qui de l’entretien des routes au Cameroun. Présenter un bon bilan politique, ou pour justifier les chiffres en milliards ? Toujours est-il qu’au fin fond du pays, les populations souffrent de l’absence des routes et du mauvais état de ce qui existe, et les 5% de route bitumé au Cameroun, non seulement est un chiffre de la honte, mais un arbre qui cache la forêt de la misère routière

Roland TSAPI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *