Fonds covid : à fonds perdus (suite)

Retards de livraison injustifiés, attributions des marchés au mêmes entreprises, des mêmes personnes qui gagnent des marchés avec des entreprises différentes, les différences de coût pour un même marché d’une région à l’autre, le document des marchés Covid en donne pleine la vue

écouter l’éditorial

Lors d’un précédent éditorial nous avions commencé à relever les curiosités contenues dans le communiqué D13-280 signé par le Secrétaire d’Etat à la Santé publique le 5 octobre 2020, récapitulant les marchés passés au Cameroun dans le cadre de la mise en œuvre du plan de riposte national contre la corona virus. La première était que dans le document, les gestionnaires du fonds avaient réussi l’exploit d’équiper à hauteur de 127 millions une maison qui n’existait pas, et que c’est un mois plus tard que cette maison, ou plus exactement le centre  d’isolement d’Ebolowa, a été construit à hauteur de 199 millions. Où avait été stocké ce matériel médical dans l’intervalle, et qu’elle était l’urgence de l’acquérir avant d’avoir passé le marché de la construction de l’enceinte qui devait le contenir ? Ou l’introduction dans le document de toutes ces données était juste pour régulariser les écritures et équilibrer les comptes ?

Le communiqué renseigne également que dans la région du Sud-Ouest, l’hôpital régional de Buea a eu droit à un bâtiment d’isolement au coût de 420 millions 402 mille 466 francs encore en cours de réalisation à la date du 5 octobre 2020. En plus de cette structure, un marché a été passé le 7 août 2020 à la société Outcom Africa Ltd, pour les travaux d’aménagement d’un centre d’isolement au stade municipal de Buea, pour un montant de 259 698 989 francs cfa. Le même jour, un autre marché a été passé à la société Full circle Ltd pour les travaux d’aménagement d’un autre centre d’isolement au Middle farm stadium de Limbé, pour un montant de 304 432 645 francs cfa. Ces travaux étaient encore en cours de réalisation, et chose importante à noter, les deux entreprises Outcom Africa Ltd et Full circle Ltd appartiennent à la même personne, un certain Abayo Dashaco Boniface. Lui seul a ainsi bénéficié le même jour de deux marchés d’un montant total de 564 131 634 francs, soit un demi-milliard. Important aussi à relever, au moment où ces marché sont passés, la région du Sud-Ouest comptait, d’après le rapport de distributions des cas positifs par région publié le 5 août, 196 malades avec un taux de létalité de 3,6%, c’est-à-dire que les cas pouvant entrainer la mort donc hospitalisés était au nombre de 8 au total. De même, de manière comparative, l’aménagement du centre d’isolement au stade Mbappe Leppé à Douala a coûté 75 041 624 francs, alors que dans le Sud-Ouest  la même structure coutait 259 millions pour le stade de Buea, soit trois fois plus, et 304 millions pour Middle farm à Limbe, soit 4 fois plus. Ainsi, on peut constater que pour le matériel servant à aménager ces centres spéciaux dans les stades, il suffit que l’on traverse le pont du Moungo en direction du Sud-Ouest pour que les prix soient multipliés par 3 pour Buéa et par 4 pour Limbé. Petit rappel, tous ces centres spéciaux aménagés dans les stades n’auront finalement servi qu’à faire  partir en fumée quelques milliards, puisque le ministre de la Santé publique Manaouda Malachi a été prié de les démanteler sans que l’on ne dise à la nation combien de Camerounais ils ont aidé à sauver du corona virus.

Autre chose, le 7 août 2020 toujours, et ici ce ne sont que des exemples, deux marchés de fournitures des lits d’hospitalisation ont été passés l’un à la société Premier médical pour 205 222 500 fcfa, et l’autre à la société Ets Bemec entreprise pour 197 478 320 fcfa. De même, deux marchés de fournitures diverses de matériel médical divers ont été attribués l’un à la société One World wonders pour 109 812 500 fcfa et l’autre à Mrk multiservices et print pour 328 175 000 fcfa. A la date de signature du communiqué le 5 août 2020, c’est-à-dire deux mois après, la livraison de ces quatre marchés pris en exemple étaient encore attendue. Pourtant, un autre marché de fourniture des respirateurs de réanimation avait été passé 14 jours après, le 21 août 2020 à la société Ets Bbn services pour un montant de 301 000 000 fcfa, et il avait déjà été livré et réceptionné au 5 octobre 2020. Ainsi en deux mois des sociétés sont incapables de livrer des simples combinaisons et des chaussures en caoutchouc, alors qu’avec moins de temps une autre société livre du matériel plus délicat comme les respirateurs de réanimation, dans l’hypothèse où cette livraison ne soit pas fictive. Et si la livraison avait effectivement était faite, il faudrait tirer un coup de chapeau à cette société Bbn services. Il faut dire que cette société en effet, appartenant à un certain Bidzongo Ndongo Bienvenu, avait ce seul mois d’août gagné 5 marchés de fournitures du matériel médical, pour un montant total de 992 110 500 fcfa. En plus, il a bénéficié toujours le même mois d’août de 4 lettres commandes pour la fourniture de divers matériels médicaux également, pour une somme totale de 167 649 450fcfa. Bbn services a ainsi cumulé à elle seule des marchés pour 1 milliards 159 millions 759 mil 950 en un mois, et des marchés tous livrés dans le temps, si l’on s’en tient toujours aux termes du communiqué.

Le centre d’isolement du stade de Buéa détruit par la pluie

Ce communiqué du secrétaire d’Etat à la Santé chargé de la lutte contre les Epidémies et les pandémies Alim Ayatou, fait état des marchés et lettres commandes passés jusqu’au 25 août 2020. Et le pays n’étant pas encore déclaré covid free, les fonds continuent d’être dépensés, des marchés continuent d’être passé, toujours avec le même caractère spécial qui leur permet d’échapper à certaines règles. Pour l’instant l’on ne peut que faire le constat, en attendant que l’audit commandé par le premier ministre achève sa mission et rende à la nation ses conclusions. Mais déjà l’on peut remarquer que la virulence du corona virus n’est pas seulement remarquable au nombre de morts, elle se fait également ressentir dans la manière dont les marchés de lutte contre lui sont passés. Et ce n’est pas fini.

Roland TSAPI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code