Covid-19 : le don spectaculaire de Paul Biya

48g de savon par habitant. C’est le geste que le chef de l’Etat fait en direction des Camerounais qui se battent au quotidien pour survivre aux mesures gouvernementale

écouter l’éditorial

Les Camerounais ont appris  depuis le 20 avril 2020, qu’ils pourront en tant que population, bénéficier de ce qui peut officiellement être appelé un appui, un soutien, une aide ou une contribution pour le sacrifice qui leur est demandé de consentir depuis le 18 mars 2020, pour lutter contre la pandémie du corona virus. Cet appui est un don personnel du chef de l’Etat Paul Biya, d’une valeur de 2 milliards de francs cfa selon le communiqué officiel signé par le ministre de l’Administration territoriale Paul Atanga Nji. 50 000 cartons de savon de lessive, soit 4 millions de morceaux, 1 millions 500 000 masques de protection pour les populations, 50 000 masques chirurgicaux pour le personnel hospitalier, 75 000 seaux de ménage, 40 000 bidons lave main, des kits de test de dépistage rapide et des appareils d’assistance respiratoires pour les hôpitaux. Le don sera distribué entre les 360 communes que compte le pays. Précision importante du ministre signataire du communiqué : « Ce don spécial est une preuve de plus de la générosité légendaire du chef de l’Etat, son Excellence Paul Biya qui, loin de la politique spectacle propre à certains apprentis sorciers, a toujours été aux côtés de ses compatriotes dans les situations difficiles, à l’instar des catastrophes naturelles et des crises qui affectent les populations de certaines de nos régions. »

« Générosité légendaire »

Au-delà du geste humain, l’on peut se demander si c’est le même président de la république qui a demandé à son ministre de faire la précision. Parce que chacun pouvait prendre acte et passer, mais cette remarque oblige à marquer un temps d’arrêt pour se rendre compte que ce geste n’est autre que de la politique spectacle que le ministre veut nier. Pendant que les Camerounais, à qui le gouvernement a demandé des sacrifices en compressant leurs activités de survie, attendent des mesures d’accompagnements fortes, comme la réduction du prix du litre du carburant, l’exonération de l’impôt et autres droits de bail, la gratuité de l’eau et de l’électricité pour ceux qui en ont,  la distribution des denrées de première nécessité comme du riz et de la farine, l’allocation d’une somme mensuelle à tous les ménages dans le besoin, l’on leur annonce que le président de la république leur offre du savon pour se laver les mains. Pour faire quoi ensuite ? S’agissant de ce savon de lessive, le communiqué a tenu a préciser les quantités, 4 millions de morceaux, comme pour s’en vanter. Il y a au bas mot 25 millions de Camerounais aujourd’hui, et chacun a le droit de bénéficier de ce don du chef de l’Etat. En faisant une simple opération de partage comme l’on enseigne aux élèves des cours élémentaires par la division, chaque Camerounais aura droit à 48 g de savon, si l’on suppose qu’il s’agit des morceaux de savon de 300 g. En clair, une famille de 6 personnes aura droit à un morceau de savon. Pour les 45 jours de confinement jusqu’ici qui ne dit pas son nom. Voilà la « générosité  légendaire » du chef de l’Etat que vante le ministre de l’Administration territoriale. Et les 1 500 000 masques, qui en aura, et qui n’en aura pas ? Pareil pour les 75 000 seaux de ménages et 40 000 bidons lave-mains ? Et la répartition par régions, sur quelle base se fera-t-elle ? Sur la base du nombre des sièges à l’Assemblée nationale ou au Senat, ou sur la base du critère de pénétration de la maladie ? Au niveau des départements elle se fera en tenant compte du nombre de délégués départementaux dans les conseils régionaux ou bien ? Et au niveau des arrondissements, elle devra s’appuyer sur le nombre de conseillers municipaux ou de la composante sociologique, ou de l’autochtonie ?

« Politique spectacle »

A bien y regarder, il s’agit bien de la politique spectacle. Il y a de forts risques que ce don ne créé finalement plus de problèmes qu’il n’en résolve, des problèmes qui surgiront certainement de la distribution. Laquelle distribution sera davantage aléatoire quand il s’agira de l’autre composante du don, à savoir des kits de test de dépistage rapide et des appareils d’assistance respiratoires pour les hôpitaux. Il faut remarquer qu’après avoir donné des chiffres pour le savon et autres composantes du don, le communiqué devient vague au moment où ça devait devenir intéressant. Les quantités ne sont pas précisées pour ces kits de dépistage rapide et pour les appareils d’assistance respiratoire, alors que c’est justement de cela que le pays a besoin en ce moment. Chaque Camerounais trouve au moins où laver les mains, les seaux de ménages se trouvent partout, de même pour les masques, mais les Camerounais continuent de mourir par manque d’appareil d’assistance respiratoire, les populations continuent d’être contaminées par manque de test pour fixer le statut des uns et des autres et isoler ceux qui doivent l’être. Et cette situation demande à être prise au sérieux, que le chef de l’Etat pose des actes fort à la dimension d’un Etat qui se respecte. Un don du chef de l’Etat n’a pas à être accompagné des précisions comparatives qui finissement par diluer la valeur du geste. Ce n’est pas un exploit, encore moins une magnanimité pour un chef d’Etat d’être aux côtés de son peuple en temps difficile, c’est un devoir constitutionnel pour lui.

Les vraies mesures toujours attendues

Et en la matière, les Camerounais attendent encore que le président de la république pose des actes de souveraineté et de fierté dans cette crise sanitaire, et retrouve par là aussi sa place de leader  de la sous-région Afrique centrale. Depuis le 7 avril au Gabon, le gouvernement  a pris de vraies mesures d’accompagnement : le dépistage massif de la population et création de 60 centres de tests sur l’ensemble du territoire, la prise en charge des factures d’eau et d’électricité pour les personnes les plus fragiles et économiquement faibles, la suspension durant le temps de confinement des paiements de loyers des personnes sans revenus, la prise en charge par l’Etat des pertes des petits propriétaires liées à la suspension du paiement des loyers, la gratuité des transports publics terrestres assurés par les compagnies publiques, la mise en place d’une allocation de chômage technique, le maintien les salaires compris entre 80 et 150 mille francs CFA. Pendant ce temps au Cameroun on en est encore au savon pour laver les mains. De quoi donner les mains à ce gouvernement… comme on dit en langage familier

Roland TSAPI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code