Marche vers l’unité : les graines de la haine

Ces graines de la division implantées depuis le début, ont pris le temps d’arriver à maturité, et de se manifester de diverses façons. Mais le pouvoir de Yaoundé, hier comme aujourd’hui, continue de vivre dans l’illusion selon laquelle ce qu’il dit et décide est vrai. Il croit encore que scander à longueur de discours et ce pendant des années, que le Cameroun est uni, le rend uni. Face à un problème anglophone né d’une unité mal ficelée, il continue de faire la sourde oreille ou la politique de l’Autriche, multipliant les moyens pour casser le thermomètre croyant par la faire baisser la fièvre. Des solutions simplistes sont pourtant proposées, pour que l’on parle d’un même langage de l’unité

Marche vers l’unité : le ver était dans le fruit

La loi en main, les institutions législatives, judiciaires et administratives sous contrôle, plus rien ne lui faisait obstacle. Il fallait consolider l’unité nationale, plus pour atteindre un dessein politique que pour garantir le bien-être des populations, et surtout sans attention particulières aux spécificités des compatriotes anglophones désormais désarmés et contraints, subtilement bien sûr, à applaudir ou au pire, subir une unification imposée de toute pièce. Cela avait tout l’air d’un mariage forcé, dans lequel le mari avait adopté seul le code du mariage en se donnant tous les privilèges et les pouvoirs, choisi le célébrant, la date, les invités, le couvert et les convives. La mariée n’avait plus qu’à prononcer le mot fatidique « j’accepte. » 50 ans après le mariage, l’époux continue de célébrer l’union, pendant que l’épouse rumine les souffrances, et ne manque plus de le faire savoir à l’occasion.

Marche vers l’unité : le parti unique

La création du parti unique, qui prendra le nom de l’Union nationale camerounaise (Unc) se ferait sous les auspices d’un comité directeur provisoire (Cdp), dont la composition exprimait le rapport de force et les partages d’influence révélés par la réunion du 11 juin : 22 représentants de l’Union camerounaise, 4 du Kndp, deux du Cnpc et deux du Cuc. Au total, les 3 partis du Cameroun anglophone étaient représentés par 8 membres alors que l’Union camerounaise seul en comptait presque 3 fois plus.

Cameroun : le pays des « chefs »

Le conflit de Banka se retrouve ainsi partout dans les communautés camerounaise, avec des acteurs différents, des méthodes diverses qui s’adaptent en fonction du milieu. Et les autorités traditionnelles se retrouvent souvent sans le savoir, être des marionnettes entre les mains des avides du pouvoir qui ont accumulé soit des richesses matérielles, soit des titres politiques, soit les deux à la fois, et qui sont à la recherche des honneurs. C’est tout le sens de cette phrase en apparence anodine dans le message d’excuse du sous-chef Tchio au Chef Banka : « j’ai maintenant compris que nous ne devons pas donner l’occasion à ceux-là qui nous opposent inutilement. »

Afrique : la quête permanente de l’identité

René Dumont parlait de l’Afrique noire mal partie, mais 60 ans après, l’attitude des certains Africains laisse plutôt croire qu’ils n’ont pas l’intention de prendre le départ, pour parler de mal partir. Mais les faits sont constants, on ne le dira jamais assez, l’Afrique est l’avenir, riche et prospère, elle n’a pas à avoir faim, qu’il y ait la guerre sur Mars ou Neptune. Les autres l’ont compris, l’espoir est que l’Africain lui-même le comprenne, au plus tôt.

Figure : Laurence Eteki Maladi et le combat pour l’aspect genre

L’accès au droit de vote est en effet soumis à des conditions professionnelles et statutaires précises et un double collège est instauré. Le premier, composé de citoyens français, vote dans les mêmes conditions qu’en métropole, tandis qu’au sein du second, le droit de suffrage des citoyennes et citoyens dit « de statut personnel » est soumis au respect de conditions particulières. Les femmes sont exclues sur toute la ligne. Cette conception de la citoyenneté électorale suscite des mécontentements, parmi les Camerounaises lettrées  notamment. Encouragées par des dispositions offrant une relative libéralisation de la vie sociale et politique, à l’instar de l’extension de la loi sur la liberté d’association, cette minorité de femmes instruites essaye de s’organiser au sein d’organisations féminines visant à mobiliser toutes les femmes pour la défense de leurs intérêts, améliorer leur condition socio-économique et faciliter leur accès aux institutions politiques et administratives.

Mœurs : la satisfaction dans le crime

Les détournements massifs des biens publics, le train de vie ostentatoire des dirigeants aux côtés des populations sans eaux et sans table banc à l’école, l’accaparement grossier des terres par des hauts placés, la longévité au pouvoir exécutif et législatif, aux postes ministériels ou de direction des entreprises publiques, la tribalisation des nominations, le clientélisme à l’entrée des grandes écoles, tout cela créé des frustrations qui jouent un rôle déterminant dans l’attitude de ceux qui ont tendance à ôter la vie des autres, soit par vengeance, soit pour éliminer une menace. Dans cette logique, on peut se demander si la violence observée au quotidien dans la société d’en bas, n’est-elle pas le juste reflet d’une autre violence pratiquée dans la société d’en haut ?

Enseignants : entre droit de grève et devoir d’obéissance

» Le ministère des Enseignements secondaires serait-il en train d’envisager sérieusement de traduire au conseil de discipline des enseignants qui ont travaillé pendant des années sans salaire, sans arrêté d’intégration, et qui un matin ont décidé de dire « On a trop supporté », serait-on en train de vouloir exhumer le corps de Hamidou du lycée de Beka pour le traduire au conseil de discipline, pour avoir manqué à son devoir d’enseigner, pour avoir désobéi à sa hiérarchie en refusant de reprendre les cours, ou pour avoir manqué au devoir de réserve en publiant une vidéo dans les réseaux sociaux pour dénoncer sa situation de travailleur pendant 10 ans sans intégration et sans salaire ? Où met-on désormais la frontière entre le droit de grève et le devoir d’obéissance ? Qui a manqué à son devoir dans l’affaire des enseignants de l’OTS ou OTA, les services administratifs des divers ministères où les dossiers sont enterrés, ou les enseignants obligés de conduire des motos pour survivre, multiplier des cours de vacation au point d’y laisser leurs vies, assassinés par des élèves ?

Péages routiers : l’automatisation au poids mort

Et si l’on reste dans la logique du ministre qui dénonce le détournement de 50% de recettes, la même somme se serait envolée dans les poches privées au cours de la même période, et c’est comme cela toutes les années, et se sera ainsi tant que les péages seront manuels. Les qui se partagent cet argent ? En résumé, après 3 ans de négociation, le premier ministre signe le 24 avril 2019 le communiqué d’attribution du marché de construction des péages automatiques. Un an après, le 18 mai 2020, le contrat est signé avec le groupement d’entreprises chargé de l’exécution des travaux, deux après, ce groupement cherche encore de l’argent. Au bas mot 6 ans que le péage automatique est en projet au Cameroun, 6 ans que le gouvernement sait avec certitude que 50% des recettes du péage sont détournés, et ne fait rien, ou pas assez.