Droits humains : les libertés sous menace

Qu’est ce qui dans un passé récent peut exposer le journaliste Martinez Zogo à un enlèvement ? D’après le journal en ligne camerounweb.com, il avait fait des détournements des deniers publics à travers des marchés publics fictifs son plat de résistance, et faisait sans cesse des dénonciations sur le braquage organisé des lignes 65 et 94 du budget de l’Etat. Il avait à cet effet compilé des documents de près de 300 pages indiquant dans les détails les montants siphonnés de ces lignes, les entreprises fictives inconnues du fisc qui étaient utilisées, les identités bancaires et les bénéficiaires. Ces documents avaient été remis à la présidente de la Cour d’Appel du Centre, à la présidence de la République, au ministère de la Justice, au Contrôle supérieur de l’Etat entre autres. Son malheur viendrait-il de là ? La famille n’a pas été contactée pour la demande d’une rançon, et le véhicule décrit comme ayant servi à l’enlèvement ne semble pas indiquer ce les auteurs ont faim. Si la rançon n’est pas le mobile de l’enlèvement, chercherait-on alors à le faire taire, si oui qui ? Ou pour s’interroger comme dans le milieu des enquêtes, à qui profite le crime ? Aucune piste n’est désormais exclue.