Complexe sportif d’Olembe : cafouillage sur le stade

Dans des scénarii de film, on a souvent vu des partenaires entrer en conflit pour le partage des gains. On voit par exemple des situations où un entrepreneur, n’en pouvant plus de payer des fortes rétro-commissions à tous les niveaux, suffoque à un moment, redevable à ses sous-traitants, faisant face à des mouvements d’humeur et devant les travaux qui n’avancent pas. À bout de souffle, il lâche tout, fait fuiter quelques informations, procède par chantage et menace de tout abandonner. En face, le partenaire exige que ses engagements soient tenus, aussi bien au niveau des commissions à verser que de l’avancement des travaux, car dans le milieu, le business c’est le business. Les deux complices finissent par s’entendre, se rendant compte que le bruit attire déjà beaucoup de curieux, et dans le milieu il n’est pas bon d’être éclaboussé. Et on se remet au travail pour laisser passer la tempête. Et si Magil et le ministère des Sports étaient en train de servir un film au Camerounais ! Toujours est-il que le Complexe sportif d’Olembe porte plus que jamais bien son nom, il est complexe. Et plus il l’est, plus lourde est la facture que paie le contribuable.