Affaire Bakassi : le réveil des démons ?

» Le document est paraphé côté nigérian par Chief Bayo Ojo, Attorney General et ministre de la Justice, chef de la délégation du Nigeria à la Commission de suivi, et côté camerounais par Maurice Kamto, ministre délégué auprès du ministre de la Justice, chef de la délégation du Cameroun à la Commission de suivi. 5 ans après, le 14 août 2013, le Nigéria se retirait définitivement Bakassi. Mais la pilule n’a jamais vraiment été avalée par le grand voisin du Cameroun, malgré ces accords. Depuis quelques mois, des voix s’élèvent encore pour dénoncer ce qui est appelée au Nigéria une erreur monumentale, celle d’avoir accepté de céder Bakassi. La pression est de plus en plus exercée sur le gouvernement pour qu’il revienne sur cette décision, avec même en sourdine des menaces d’invasion de Bakassi par des groupes armés (qui ont toujours existé comme les Bakassi freedom fighters), si le gouvernement ne réagit pas. De quoi remuer les dossiers diplomatiques et judiciaires de cette affaire Bakassi, qui ne peut se traiter qu’en haut lieu, et par les personnes concernées, en l’occurrence Paul Biya et Maurice Kamto. Ceci explique-t-il cela ?