Corruption : le marronnier présidentiel

Le scandale le plus récent en fin d’année 2022, c’est celui de la gestion des lignes 65 et 94 du budget de l’Etat, devenus un véritable marché entre amis et une source de gabegie à haute échelle finançant des projets privés, le ministre des Finances étant allé jusqu’à avouer devant les députés qu’il ne connaissait pas les critères qui guident le choix des bénéficiaires de ces lignes, et assurant qu’à l’issue des audits commandés, « il n’y aura rien.» Comme le marronnier du journaliste, le thème de la corruption devenu répétitif et cyclique dans le registre langagier du président de la République, semble avoir perdu dans le temps toute sa signification, son annonce de lutter contre elle étant devenue de moindre importance, en l’absence des effets concrets.