Figure : Léonard Bouli, 1er Secrétaire général de l’Upc

En novembre 1948, Léonard Bouli fut remplacé par Ruben Um Nyobè au poste de secrétaire général. Après avoir fait le plus dur, à savoir faire accepter le parti par l’administration et les populations, il fallait désormais passer à l’étape de la consolidation des acquis. Um Nyobé faisait l’unanimité à ce poste, tant au sein du parti que du côté de l’administration coloniale qui le redoutait. Léonard Bouli su lever le pied et passer le relais, sans se sentir obligé de créer une autre faction de l’Upc, et mieux, sans vouloir confondre le parti à lui-même, comme la vague des chefs politiques apparus sur la scène depuis 1990, et qui y sont toujours, 32 ans après !