Vie chère : le Cameroun comme la cigale de La Fontaine

Que faisait le Cameroun depuis le temps que ces pays producteurs qui ont fermé leurs portes avec la crise, abattaient un travail de fourmi, accumulaient des réserves pour les jours difficiles ? Pourquoi les milliers d’hectares de terre arables qui s’étendent à perte de vue sur le territoire camerounais ne sont pas en exploitation, pourquoi le Cameroun producteur de pétrole, doit attendre le gaz domestique dans le bateau, avec une société de raffinage inaugurée le 24 mars 1973, il y a bientôt un demi-siècle ? Et sur un autre plan, pendant 40 ans de règne, n’y a-t-il pas eu comme dans la bible (Genèse 41) un Joseph pour interpréter le rêve du Pharaon, et lui dire de nommer à travers le pays des commissaires qui « collecteront tous les vivres que produiront ces bonnes années qui viennent, (ils) emmagasineront le blé dans les villes sous l’autorité du pharaon, et le garderont comme réserve de vivres. Ces provisions serviront de réserve pour le pays, en prévision des sept années de famine qui s’abattront sur l’Egypte. Ainsi les habitants du pays ne mourront pas de faim. » Si, il y a pourtant bien eu ce Joseph, Dion Ngute de son nom. Choisi et mis à la tête du gouvernement. Mais pourquoi n’at-il pas pu épargner le peuple de la faim, comme en Egypte de Pharaon, pourquoi a-t-il failli à sa mission ?