Education : quand les arrêtés bloquent le système

Dans les couloirs des différentes délégations concernées, sous les apparences de sérénité se cachent en réalité un malaise. Les collaborateurs, sans le montrer, boudent les occupants des lieux qui devraient déjà être partis. Ces derniers à leur tour ne peuvent efficacement interpeller ni leurs proches collaborateurs, ni les chefs d’établissements, au risque de se heurter à l’interrogation de savoir à quel titre ils agissent. Au mieux ils se limitent à gérer les affaires courantes et faire le ménage autour d’eux, au propre comme au figuré, car administrativement ils ne peuvent plus signer aucun document ni prendre un acte qui engage ces différentes délégations. Ces conditions favorisent la cour du roi Pétaud, et dans un secteur aussi sensible que celui de l’éducation, on en arrive à un tel blocage doublé de cacophonie à une rentrée scolaire, à cause de ce qui est appelé dans le milieu la guerre des réseaux. Comment en effet Nalova Lyonga a-t-elle pu signer l’arrêté du 12 septembre 2022 comme si celui du 31 août 2021 n’existait pas, comment un délégué remplacé depuis un an, réapparait sur l’échiquier comme s’il était toujours en fonction depuis tout ce temps ? Et depuis que l’erreur a été détectée, si elle en était une, est-ce si difficile de rapporter l’arrêté, dans un milieu éducatif où l’on enseigne que reconnaître ses erreurs est un signe de grandeur !