Figure : Amadou Ali, le justicier du gouvernement

Dans deux lettres de mission confidentielles signées de sa main en date du 16 septembre 2007, Ahmadou Ali avait confié à un « expert en intelligence économique » camerounais, Francis Dooh Collins, le soin de mener des enquêtes sur la fortune cachée de ses compatriotes – voire de ses collègues du gouvernement. A ces lettres de mission étaient jointes une liste d’une soixantaine de personnalités en deux versions, anglais et français, rendues publiques en janvier 2008 par les quotidiens Le Messager et La Nouvelle Expression. L’affaire fut d’ailleurs reprise par Jeune Afrique dans son édition du 25 février 2008 à travers un article intitulé « Ali et les soixante voleurs », sous la plume de François Soudan avec Georges Dougueli. Figuraient dans cette liste des banquiers, des directeurs généraux, douze anciens ministres, deux conseillers à la présidence, six ministres en exercice (dont ceux de la Défense, de l’Administration territoriale et le secrétaire général de la présidence, le patron de la Sûreté nationale et même le président de l’Assemblée nationale. Tous « suspectés de détournement, de corruption et de blanchiment » au détriment de l’État camerounais.