Crise anglophone : le gouvernement s’est accommodé

On ne sait plus qui est qui, c’est la confusion totale. Les civils sont confondus au sécessionnistes et liquidés comme tels, les fonctionnaires sont confondus à l’ennemi, les hommes de Dieu sont pris pour des espions et traités comme tel, avec enlèvements et demandes de rançon. Les uns se battent comme ils peuvent pour sortir de là, d’autres cherchent à tirer le meilleur profit de la situation. Pillages, détournements, incendies des villages et des infrastructures, torture et tout autre traitement inhumain, tout y passe, c’est la jungle, le no mans’ land. Le seau est également devenu plus lourd à porter et demande plus d’énergie en termes de finance et de ressources humaines. Tous ces actes, aussi condamnables les uns que les autres, puisent leurs sources quelque part et prospèrent dans un environnement qui leur est propice. Le tapioca qui a gonflé a aussi touché d’autres contenu du seau et les a rendu inopérant, comme l’éducation, la santé, l’économie. L’eau n’a touché le panier que depuis 6 ans, mais la crise existe depuis 61 ans, et l’attaque suivi de l’enlèvement des prêtres à Nchang n’est là que pour rappeler que le problème reste entier : tant que les racines d’un arbre ne seront pas saines, les feuilles resteront souillées.