Dette publique : le gouffre continu

« Une fois les travaux de construction de la première phase terminés, le gouvernement du renouveau se rend compte que l’autoroute s’arrête à Bibodi, en plein milieu de la forêt. Elle ne peut servir à rien à l’état actuel des choses (alors qu’elle était initialement prévue initialement pour relier Douala et Edéa, deux grandes villes). Afin de rendre cette première phase de l’autoroute utile, il faut la raccorder à l’axe qui relie actuellement Yaoundé et Douala. Il faut donc encore débourser 204 milliards de francs cfa pour les travaux de raccordement de l’autoroute Yaoundé – Bibodi à l’axe lourd Yaoundé – Douala. Au final, la première phase de l’autoroute Yaoundé – Douala, longue de 60 km, aura coûté 424 + 204 = 628 milliards de francs CFA au contribuable camerounais. » On a là une idée de la gestion qui est faite de l‘argent emprunté chaque année. Non seulement il est l‘objet de la mauvaise gestion, mais en plus de ne pas voir raisons concrètes de l’endettement, le contribuable doit également souffrir de savoir qu’en 2023 par exemple il doit payer des intérêts pour 287,6 milliards de fcfa