Justice : instrument politique

Les cas cités ci-dessus confirment le caractère aveugle de la justice, ou de son revers qui est l’injustice. Ces Camerounais détenus sont victimes de ce que leurs avocats appellent l’arbitraire, ou de l’acharnement politique, sans distinction de parti politique. Pour les militants du Mrc, il ne fait aucun doute qu’ils payent le pris de leur appartenance à une opposition qui conteste le pouvoir en place, et pour les militants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais parti au pouvoir, il leur serait reproché à tort ou à raison, sans le dire à haute voix, des ambitions politiques. La justice serait alors devenue le bras séculier du régime pour mettre à mal toute velléité de contestation, ou volonté de prise de pouvoir.