Figure : Pierre Kamdem Ninyim, le chef insoumis

D’après le témoignage de Paul Audat, un conseiller français du gouvernement camerounais à l’époque, « Kamdem Ninyim était un assassin, un voyou choisi à l’origine par Aujoulat et qui jouait un double jeu. En 1963, Ninyim était venu me voir à mon bureau, quand la police le recherchait. Je lui ai donné rendez-vous au même endroit le lendemain et c’est là que la police l’a arrêté. Il a été jugé, placé en résidence surveillée et exécuté.» Son vrai crime était donc qu’il était un chef insoumis, qui n’a pas livré ses populations quand l’administration réclamait leurs têtes. Pierre Kamdem Ninyim, 13 eme chef des Baham a ainsi été exécuté par le pouvoir néocolonial le 3 janvier 1964 à Bafoussam, sur la place publique, devant une foule estimée à 40 000 personnes sommées par les autorités d’assister au supplice. De quoi terroriser les populations dans leurs subconscients et les maintenir dans la peur.