Ens et Enset : formation pour le chômage ?

Il faut relever également que si la décision était entérinée, les Ecoles de formation des enseignants du secondaires rejoindraient ainsi les Ecoles normales d’instituteurs de l’enseignement général et technique (Enieg et Eniet) qui forment les enseignants du primaire, les Ecoles nationales polytechniques qui forment les ingénieurs, les Facultés de médecine qui forment les médecins, l’Institut des relations internationales du Cameroun qui forme les diplomates, l’Ecole supérieure des sciences et techniques de l’information et de la Communication (Esstic) qui forme les journalistes et autres. Dans le même temps, il reste à l’abri les écoles de formation des militaires, des policiers, des sous-préfets, des inspecteurs d’impôts et de la Douane. Tous des corps de métier qui transpirent la répression. Ceux-là continueront d’être intégrés à la fonction publique et pris en solde, tandis que les corps de formation et d’éducation sont laissés à la traîne. Demain se prépare aujourd’hui, dit l’adage.