Flambée des prix : le gouvernement coupé du peuple

Le coût du transport a augmenté pour le peuple, ils ne le savent pas, ils n’empruntent jamais un bus de voyage d’une ville à l’autre, un « opep » ou une moto pour quitter du goudron jusqu’au village. Ils ne stressent pas dans les embouteillages comme le commun de mortel, les motards ouvrent la voie pour eux. Eux, ils connaissent les chiffres et les pourcentages, le peuple vit la réalité. Que de continuer de se plaindre, il ne lui reste qu’à prendre conscience de sa situation, parce que désormais, même dire que les prix sont élevés sur le marché, c’est vouloir déstabiliser le pays. Il faut surtout comprendre que pays ici ne désigne pas le triangle national berceau de nos ancêtres, il désigne le pouvoir… et ceux qui l’incarnent