Développement : l’exemple qui vient du Rwanda

Au moment où les projets structurants sont abandonnées faute de moyens, le gouvernement est obèse, composés de 55 ministres et 9 secrétaires d’Etat, qui tous se déplacent en cortège, flanqué chacun d’au moins deux éléments des forces de défense et de sécurité, avec un train de vie princier. Et si l’on étend ce mode de vie dispendieux sur le dos de l’Etat à la présidence de la république, à l’Assemblée nationale, au conseil économique et social, et à tous les organes étatiques, on comprend aisément que le spectre du développement véritable est bien loin, et ce n’est pas demain que le Cameroun sortira du cycle de la dette.