Extrême-Nord : pour une goutte d’eau…

À terme, 150 000 ha de terres devaient devenir cultivables. Dans un pays désertique, le leader a réussi à donner l’eau aux populations. Pourquoi le Cameroun ne pouvait pas apprendre de la Libye ? Et réaliser ce projet à des dimensions réduites ? Au contraire, les recettes pétrolières sont restées longtemps « la chasse gardée de la présidence de la république », pour reprendre les mots de Jean Assoumou Mvé en 1989, alors directeur général de la Société nationale des hydrocarbures. Et dans ce pays béni et arrosé de toute part, en 2021, on meurt pour une goutte d’eau, après 39 ans de grandes ambitions, de grandes réalisations, et de la force de l’expérience.
Pour une goutte d’eau !