Crise anglophone : gestion orientée vers la conservation du pouvoir

Au mois de janvier 1960, l’indépendance fut proclamée au forceps, et l’on sait où on en est aujourd’hui, à une parodie d’indépendance. Le régime avait couvert le pied, mais la blessure restait en dessous, l’objectif étant de conserver son pouvoir. Le déroulé de la crise anglophone et les réponses du gouvernement ressemblent étrangement au scénario de ces années de braise. Tant que le régime en place se maintient au pouvoir, tout va bien, et les morts ne comptent que pour ceux qui veulent bien les compter et s’en émouvoir. Pour le reste, je cite Paul Biya « tant que Yaoundé respire, le Cameroun vit…