Développement : l’Afrique toujours sur le mauvais chemin

Sauf qu’ils n’avaient pas compris que même s’ils produisaient des milliers de tonnes de café ou de cacao, il fallait attendre que le blanc vienne l’acheter. Et s’il ne l’achetait pas, le cultivateur ne pouvait pas le consommer comme il aurait dû consommer son macabo. En plus, le colon fixait le prix qu’il voulait, il continue d’ailleurs de le faire, pour la production que les paysans ont mis toute leur énergie à faire.