Droits humains : en deçà de l’animalité

dans l’absolu, le système judiciaire camerounais ne peut prétendre qu’à enchaîner un prisonnier est le seul moyen à sa disposition pour éviter une évasion sur un lit d’hôpital. L’usage des chaînes dans le traitement humain a été honni et banni depuis 227 ans, Le Cameroun qui aspire à l’émergence ne peut continuellement s’inspirer d’un passé triste et copier dans des habitudes qui n’ont pas cours…même dans la forêt