Endettement : quand le Fmi a pitié du Cameroun

Et il faut dire que dans le cas d’espèce, l’institution de Bretton Woods est même gentille d’indiquer ces mesures correctives au Cameroun, pour lui dire, au lieu de continuer à emprunter de l’argent, tu peux faire des économies en faisant tel ou tel réajustement. Dans le fond, elle aurait bien pu laisser le pays s’enfoncer avec ces dépenses dispendieuses, et continuer à venir tendre la main. Accorder des prêts n’est pas un problème pour le Fmi, elle est là pour ça, et le Cameroun reste crédible en raison de la richesse de son sol et de son sous-sol. L’Institution peut toujours pomper de l’argent et laisser les dirigeants dilapider, et dans dix ans elle viendra sceller le pays et mettre tout le monde dehors, comme l’huissier qui expulse un homme qui a mis sa maison en gage pour emprunter de l’argent. Ceux qui voudront rester seront transformés en esclaves, travaillant pour payer des dettes, jusqu’à ce que la mort les sépare.