Commandement traditionnel : quand les qualités laissent place aux « critères »

Ces conseils ont été soigneusement mis de côté, au profit d’une politique insidieuse d’assimilation, actée plus tard par une loi qui a enlevé à la chefferie traditionnelle toute sa substance, ne laissant sur place qu’une coquille vide gardée par un auxiliaire que le sous-préfet ou le préfet convoque à souhait. A raison d’ailleurs, puisque la loi le lui autorise, et surtout que les concernés eux-mêmes ne s’en plaignent pas. Ils sont nombreux à l’Assemblée nationale, au sénat, et aujourd’hui dans les conseils régionaux, mais il ne leur est pas encore arrivé à l’idée de demander la révision de cette loi de 1977. Certaines chefferies traditionnelles résistent encore à ce mode de désignation désacralisant, comme l’on a constaté en mars 2020 à Kumba, où le défunt Fon Mukete avait de son vivant désigné son successeur sans que l’administration soit mêlée. Mais pour combien de temps encore ?