Figure : Christian Cardinal Wiyghan Tumi, l’humilité jusqu’au bout du trajet

Alors que rien ne lui manquait et que les propositions lui étaient faites dans ce sens, il a refusé de se faire évacuer à l’étranger pour se soigner, expliquant à l’un de ses confidents de dernière heure Elie Smith, que les médecins étrangers chez qui on veut l’amener sont formés à la même école que ceux qui sont au Cameroun, et ensuite que lui en qui se reconnaissait une bonne partie de la population démunie, s’il allait se soigner à l’étranger, où ira-t-elle ? Au luxe insolent des hôpitaux huppés d’Europe, où l’on meure quand même malgré les machines sophistiquées branchées sur soi, il a choisi la modestie de sa chambre à l’archevêché pour remettre à Dieu son souffle, avec sans doute, comme Jésus à son époque, cette prière de compassion envers certains : « Père pardonne leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font »