Torture de Ndu : la victime abandonnée à son sort ?

En tout état de cause, il ne faudra pas seulement que l’opinion soit informée à la fin qu’il est décédé à la suite d’un sepsis sévère, comme cela avait été le cas pour le journaliste Wazizi. L’Etat a en tout cas intérêt à ce que Jean Fai ne succombe pas à cette torture, il portera sa mort sur la conscience et surtout projettera à ses partenaires l’image d’un Etat tortionnaire, car ce sont de tels actes qui ternissent l’image du pays à l’extérieur, et non pas les marches dans les rues.