Entreprises publiques : objet des titres fonciers pour certains dirigeants

Les concernés eux-mêmes, ces directeurs généraux et leurs adjoints pouvaient remettre les choses en ordre en remettant le tablier, s’ils avaient le sens de l’honneur. Sauf que les personnes avec le sens de l’honneur font partie d’une espèce en voie de disparition au Cameroun, où on ne quitte pas la mangeoire sans y être contraint. L’impossible retour à la normale en somme. Il vaut donc peut-être mieux que chacun reste à son poste, « En attendant Godot. »