Figure : Paul-Bernard Kemayou, l’intérêt national au-dessus d’un trône

Depuis sa mort en octobre 1985, Paul-Bernard Kemayou n’a donc toujours pas eu d’obsèques dignes d’un chef d’abord, et d’un héros de sa stature. Plus grave, les populations restent à ce jour divisées sur le retour de la succession au trône à la lignée Kemayou, certains, ceux-là qui contribuent à enterrer la mémoire des héros nationaux, oublient qu’il avait été contraint de quitter la chefferie, son seul crime étant qu’il avait le Cameroun à cœur. Paul Bernard Kemayou qui a eu tous les honneurs en Guinée Conakry, est méconnu dans son pays, pire encore, dans son village, où le seul souvenir de lui semble être sa vielle voiture abandonnée à l’entrée du palais, si elle n’a pas encore été enlevée !