Camair-co : l’introuvable directeur

L’entreprise est devenue aujourd’hui entre les mains du gouvernement, comme une boutique laissé en héritage à un enfant qui a tôt fait de dilapider les fonds, et ne sait désormais plus quoi en faire, partagé entre la volonté de brader complètement le reste, et le devoir coutumier de préserver l’héritage ancestral au risque de devenir la honte du village. Mais au stade où on en est, il est simplement urgent de confier l’enfant à son père géniteur, sans doute il aura la solution. La Camair, ancêtre de la Camair-Co, est née à l’Assemblée nationale. La même chambre des représentants peut encore décider du sort à lui réserver, s’il faut avoir le courage de pratiquer l’euthanasie et tuer l’enfant définitivement, ou si l’Etat doit continuer à le trainer dans ses pattes comme une tâche honteuse sur le visage, qui suce du sang sans cesse mais ne donne aucun signe de guérison.