Droits de l’homme : les suspects des braquages jetés en pâture

Dans la pratique, tout se passe comme si les autorités en charge du respect de la loi au Cameroun, les forces de l’ordre notamment, sont elles-mêmes dans un dilemme, partagées entre le respect d’une loi qui peut paraitre trop clémente parfois, et le désir fort de vengeance devant des suspects qui les ont fait courir. Cette tendance à la vengeance est d’ailleurs dominante dans la société qui elle-même n’hésite pas à juger hâtivement et exercer la justice populaire dans les quartiers, mais force doit revenir à la loi, elle est dure parfois à appliquer, mais c’est là loi, personne n’est au-dessus d’elle, encore moins en dessous, tous sont égaux devant elle.