Figure : André Sohaing, « le maire des intellectuels »

La construction d’un télé-centre communautaire, du foyer de la paix de Kassap ou de l’hôtel de ville de Bayangam à hauteur d’un milliard de Fcfa, sont quelques œuvres à mettre à l’actif de celui qui aimait à dire « je suis fier d’être le maire des intellectuels». Une main tendue qui lui a valu le titre de notabilité de Fowagap, qui veut dire l’homme généreux. Jean François Bayart disait d’André Sohaing qu’il mobilisait selon les « symboles culturels de l’occident non seulement dans son pays ou envers ses partenaires, mais aussi aux yeux de son terroir » Lors de ses obsèques le 29 août 2015 à Kassap, le message de condoléances du président de la République lu par le préfet du Koung-Khi, Antoinette Zongo Nyambone, était sans équivoque, André Sohaing était « une référence dans le monde des affaires »,