Institutions démocratiques : la carte politique se redessine

Au niveau local également, il n’est pas certains que le parti aura les coudées franches pour implémenter sa politique sociale et participer au développement. Les instances comme la mairie et le conseil régional restent chapeautées par une tutelle administrative venue du pouvoir central, donc du Rdpc, qui n’a pas intérêt, sur le plan politique, à ce que l’Undp gagne davantage de terrain. D’où la rudesse du combat qui attend le parti qui, s’il ne fait pas attention et met plus d’ingéniosité, pourra se rendre compte très vite que sans aucun statut officiel qui consacre le leader de l’opposition, cette position reste une coquille vide sous le renouveau, tous juste bonne à assurer le confort à quelques élus, mais ne garantissant rien dans la durée. L’erreur serait de dormir sur ses lauriers en se disant qu’on est la deuxième force politique, on pourra se réveiller trop tard, car en politique, la campagne pour les prochaines élections commence toujours dès que les autres sont achevées