Gouvernance : la guerre des « chefs » à l’Ouest

Heureusement que les signataires de la contre déclaration ne sont que 71, chiffres insignifiant comparé aux 1127 chefs traditionnels que compte la région de l’Ouest, d’après le fichier des électeurs publié par le gouvernement à l’occasion des élections des conseillers régionaux. Mais en tout état de cause, si les chefs traditionnels veulent encore un peu de respect de leurs populations, ils devront résolument faire preuve de grande sagesse dont ils sont en principe l’incarnation, et savoir que de tout temps depuis la colonisation, l’objectif du pouvoir politique est de les vider de toute leur substance et de leur autorité, pour qu’ils deviennent fragiles…et manipulables à souhait.