Citoyenneté : l’identité noyée dans la misère morale

Il ne reste plus qu’une seule hypothèse, ces personnes n’avaient véritablement pas de carte d’identité, volontairement ou pas. Et cela doit interpeller une fois de plus le politique, car cette situation traduit un malaise, un manquement ou mieux, un échec quelque part. Où se trouve la faille, c’est la question que le gouvernant devrait dès lors se poser, et chercher une réponse sincère. Parce qu’il peut se trouver que certaines parmi ces personnes interpellée aient eu la volonté de faire une carte, mais se sont retrouvées malgré elles sans actes de naissances parce qu’elles n’ont pas été dressées à la naissance par exemple. Tout peut être la cause de cette situation, et il importe pour le gouvernant, de prendre de problème plus au sérieux.

Héritage : les biens de la division

est-ce normal que des enfants d’un homme souffrent alors qu’il a eu des biens dont d’autres profitent ? Est-ce normal qu’un parent accepte que son fils acquière des biens et mettent plutôt en son nom, alors qu’il est en train de fonder une famille ? Pourquoi une femme devrait se retrouver à courir après les biens qu’elle croit appartenir à son mari, pour avoir de quoi subvenir aux besoins de la famille ? Pourquoi devrait-on se retrouver devant les tribunaux pour se disputer au sujet des biens d’un mort, alors que de son vivant ce dernier n’avait jamais mis les pieds dans un tribunal pour quoi que ce soit ?

NoSo : la reconstruction pour le feu ?

La reconstruction est sans conteste une nécessité, mais y aller juste pour donner l’impression de maîtriser une situation, ou pour satisfaire les égos pourra être peine perdue. Au cours de la première journée de sensibilisation par les membres du Plan de reconstruction, certains orateurs expliquaient que la reconstruction est la voix vers la paix. Mais à cela, l’ancien député du Ngoketunjia Emmanuel Yoyo a été sans équivoque en disant « la reconstruction ne peut pas être un pas vers la paix, c’est la paix qui devrait être un pas vers la reconstruction. »

Figures : Achille Mbembe, sortir l’Afrique de la grande nuit

« Mais afin que les Africains ne soient point transformés en rebuts d’une planète parsemée de miradors, elle doit devenir son centre propre, sa puissance propre, un vaste espace de circulation, un continent-monde. Elle doit parachever le projet de la décolonisation en forgeant, pour elle-même, une nouvelle politique africaine de la mobilité. Celle-ci n’ira point sans une décolonisation culturelle.

Ecole des mines : Fame Ndongo et les sénateurs

Dans le gouvernement camerounais et ses extensions, l’on a tendance à croire qu’un décret de nomination est synonyme d’omniscience et d’infaillibilité.
L’ennui c’est qu’au fil des années cette attitude n’aide les situations qu’à s’empirer. Les théories du développement soutiennent que le premier pas vers le développement, c’est la prise de conscience que l’on est sous développé, ou pour dire simplement, le premier pas vers la guérison est la prise de conscience que l’on est malade. Il n’est bénéfique pour personne, surtout pas pour la bonne marche de la nation, que les gouvernants persistent dans le déni permanant de la réalité. Admettre qu’on a failli n’est il pas signe de grandeur ?

Coopération : le Cameroun toujours sous surveillance de la France

En somme, jusqu’à ce jour, ni Paul Biya du Cameroun, ni les présidents successifs de la France après de Gaulle, à savoir Georges Pompidou, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande ou même l’actuel président français Emmanuel Macron n’y ont rien changé. Aujourd’hui encore, la régularité de l’ambassadeur français au Palais de l’Unité suscite des interrogations. Ne serait-il pas en train d’appliquer les termes de l’article 6 de ces accords, en passant un subtilement un message aux camerounais ?

Foncier: Bomono et la bataille de la terre promise

Dans le groupement Bomono, la tension monte désormais, à cause de ce chef qui s’impose dans un village fabriqué de toutes pièces, et qui récompense des « facilitateurs » à coup d’hectares de terrain. La lettre du collectif des populations de Bomono, dénonçant « l’inertie suspicieuse » du gouverneur de la Région du Littoral dans la réexamination du dossier est indicateur que la bataille pour cette terre promise est loin d’avoir livré tous ses secrets. La paix sociale reste compromise dans la localité, alors que le président de la République se bat à sa manière , pour mendier la paix.

Cameroun : l’obsession des titres chez les députés

Un député qui a passé 23 ans à l’Assemblée nationale et ne peut pas brandir une seule loi qui porte son nom, qu’a-t-il d’honorable ? Un député qui a acheté les consciences, organisé et financé la fraude pour se faire élire, celui qui est un patron d’entreprises, dont les employés ne sont mêmes pas inscrits à la Caisse nationale de prévoyance sociale, et on peut en citer, qu’a-t-il d’honorable ? La question vous est posée, messieurs les « honorables » et les « très honorables »

Assemblée nationale : les députés et les lois déphasées

Avant de parler de l’habitat des gorilles, où en est-on avec l’habitat des hommes ? Dans les villes du pays, l’inquiétude envahi des habitants quand le ciel est obscurci par des nuages annonçant la pluie, ils redoutent des inondations dans leurs constructions précaires. D’autres sont menacés tous les jours de destruction pour occupation anarchique des zones non viables. Le gouvernement n’a pas encore trouvé une solution à la question du logement social dans l’ensemble.