Figures : Cyrus Ngo’o et l’autonomie du Port de Douala

Quoiqu’on dise, Cyrus Ngo’o a décidé de reprendre la véranda de sa maison et la confier à l’un de ses fils pour la gérer comme parking, quitte à ce que ce fils dilapide les rentrées, que de la laisser à un locataire qui fait un chiffre d’affaire de 100 000 par jour, et est incapable de payer même les 5000 promis par mois. On appelle cela un marché de dupe, auquel il fallait bien mettre fin. Et la providence a voulu que cela arrive, avec à la tête du Port Cyrus Ngo’o. A tout seigneur tout honneur, et si jamais pour des raisons politiques le processus de reprise en main de son destin au Port autonome de Douala n’aboutissait pas, il lui reviendrait au moins le mérite d’avoir essayé.