Nouvel an : le chef Sokoudjou et le rêve pour le Cameroun

Un Cameroun où les dirigeants prennent conscience et parlent au peuple avec moins d’orgueil, moins de mépris et d’arrogance, où on aura à faire a un gouvernement d’administration publique et non plus à un gouvernement de puissance publique ou tout se résume à la violence, à l’intimidation, à la force et à l’humiliation. Un Cameroun où tous auront droit au partage du fruit de la sueur de nos fronts et non un pays où les uns mangent et invitent les autres à aller chier.